Popup

Le safran du Quercy

Mon histoire ne date pas d’hier, puisqu’au Moyen-Age on célébrait déjà ma présence en Quercy. Quelques amoureux me font l’honneur de restaurer mon prestige. Dans un plat, je n’ai pas besoin d’en faire des tonnes : quelques milligrammes de mes stigmates pourpres, aux côtés d’un poisson par exemple, expédient un plat vers l’illumination, que promet d’ailleurs mon nom en persan. Je suis censé aiguiser l’appétit, rendre les cœurs joyeux et les esprits actifs. Ma production locale frise 5kg par an (à plus de 5000€ le kg !), soit 160 000 fleurs violettes de Crocus satinus, dont les pistils émondés et séchés constituent l’ »or rouge », et 400 heures de travail ! Mais un dixième de gramme suffit à parfumer un plat !



Réalisation :
Arche Conseil